Études sur les prix de transfert

Chez UR Global, nous fournissons des services de conseil et de gestion d’entreprise dans le domaine de la fiscalité internationale. Nous travaillons en Espagne, au Mexique, en Colombie, au Pérou, au Brésil et au Chili. Nous vous aidons à réaliser des études de prix de transfert ou des fichiers maîtres.

Que sont les prix de transfert et à quoi servent-ils?

L’analyse et l’attribution de valeurs aux transactions entre parties liées est connue sous le nom d’“étude des prix de transfert“. Ces opérations sont l’échange de biens corporels et incorporels et/ou la prestation de services entre des sociétés appartenant à un même groupe d’entreprises, généralement entre une société mère et sa filiale. Dans certains pays, l’étude sur les prix de transfert ou les fichiers de référence doivent être soumis au cas où l’administration fiscale le demanderait, tandis que dans d’autres, il est obligatoire de les soumettre avant l’examen éventuel par le Trésor. 

Les exigences relatives à la réalisation obligatoire de l‘étude sur les prix de transfert ainsi que le contenu de celle-ci diffèrent dans chaque pays.

Comment pouvons-nous vous aider?

Si vous souhaitez faire une demande concernant nos services de gestion d’entreprise, veuillez remplir le formulaire de demande.

Dans les processus d’internationalisation, il est essentiel d’avoir des conseils qui aident l’entreprise à connaître les clés et les risques au niveau comptable, juridique, du travail et fiscal afin de se conformer à toutes les obligations et de ne pas avoir de mauvaises surprises résultant de l’ignorance et du mal. conseils.

Quelles études de prix de transfert faisons-nous à UR Global?

Chez UR Global, nous réalisons des études sur les prix de transfert en Espagne, au Mexique, en Colombie, au Pérou, au Brésil, au Chili et au Portugal avec un groupe d’experts en fiscalité internationale et des auditeurs certifiés dans chaque pays. Nous réalisons des études de prix de transfert dans divers secteurs, tels que les énergies renouvelables, l’ingénierie, les entreprises de cybersécurité, les agences de marketing ou les installations industrielles, entre autres. 

Une particularité d’UR Global est que, comme nous sommes présents dans plusieurs pays, nous pouvons réaliser l’étude pour la société mère et ses filiales et coordonner depuis l’Espagne les études de prix de transfert de tous les pays dans lesquels nous opérons.

Où réaliser l'étude sur les prix de transfert?

Étude sur les prix de transfert au Mexique

L’obligation de réaliser une étude de prix de transfert au Mexique est prévue à l’article 76 section XII de la loi de l’impôt sur le revenu* en ce qui concerne les transactions entre parties liées dont dispose une société, l’objectif de cette étude étant de disposer d’un support qui démontre que ces transactions ont été réalisées à des prix qui auraient convenu à des sociétés indépendantes dans des transactions comparables, de sorte que le travail de ce service commercial consistera à appliquer la méthodologie et les processus nécessaires qui sont applicables au cas, pour valider qu’il a respecté l’obligation aux termes de la loi de l’impôt sur le revenu en vigueur.

Les contribuables exerçant des activités commerciales dont le revenu de l’exercice fiscal précédent dépasse 13000’000.00 $, ainsi que les contribuables dont le revenu provenant de la prestation de services professionnels dépasse 3’000’000.00 $, sont tenus de réaliser l’étude sur les prix de transfert au Mexique.

Bien que l’article précité établisse certaines limites de facturation au-delà desquelles il est obligatoire d’avoir l’Étude Prix de Transfert, il est plus que conseillé d’avoir ce document, car dans une hypothétique révision des transactions interentreprises par le SAT, il est probable qu’il considérera la dépense des factures émises par la société mère comme non déductible si nous ne les justifions pas auprès de l’EPT.

Si vous ne disposez pas d’une Étude de Prix de Transfert au Mexique, avant un examen des transactions interentreprises par le SAT, il est probable qu’il considérera comme non déductibles les dépenses des factures émises par la société mère si nous ne les justifions pas auprès du TEP, avec l’impact fiscal correspondant de 30 % de l’impôt sur les sociétés sur le montant total de ces factures.

Études sur les prix de transfert en Colombie

Les entreprises qui, au 31 décembre de l’exercice fiscal précédent, remplissent l’une des deux conditions suivantes doivent réaliser une étude de prix de transfert en Colombie, elles seront tenues de déposer une déclaration d’information sur les prix de transfert:

  • Son chiffre d’affaires annuel doit être supérieur à 61 000 UVT (Tax Value Units), soit 2 172 027 000 pesos colombiens (environ 515 000 euros) pour l’exercice 2020.
  • L’actif brut doit être supérieur à 100 000 UVT, soit 3 560 700 000 pesos colombiens (environ 845 000 euros) pour l’exercice 2020.

En plus de la déclaration de renseignements, les contribuables qui, en plus de respecter les exigences susmentionnées, remplissent l’un des paramètres suivants au cours de l’exercice financier analysé seront tenus de déposer le rapport local:

  • Que le montant cumulé par transaction individuelle entre parties liées dépasse 45 000 UVT, soit 1 602 315 000 pesos colombiens (environ 380 000 euros) pour l’année fiscale 2020.
  • Qui ont des transactions avec des paradis fiscaux d’une valeur supérieure à 10 000 UVT, soit 356 070 000 (environ 85 000 euros) pour l’exercice 2020.

Enfin, les contribuables qui remplissent les conditions suivantes sont également tenus de déposer un rapport principal:

Les contribuables qui font partie d’un groupe multinational, qui a été compris dans son sens le plus large comme deux ou plusieurs sociétés liées dans différentes juridictions.

Études sur les prix de transfert au Pérou

Les contribuables péruviens seront tenus de faire une déclaration :

  • Rapport local d’information sous serment : Les contribuables dont le revenu est supérieur à 2 300 UIT (unités fiscales) doivent déposer le rapport local d’information sous serment, en ce qui concerne les transactions qui génèrent un revenu imposable et/ou des coûts ou dépenses déductibles pour la détermination de l’impôt.

Sont sujets obligés : ceux dont les revenus cumulés ont dépassé deux mille trois cents (2.300) unités fiscales (UIT) et qui ont effectué des opérations dans le champ d’application des règles de prix de transfert, dont le montant des opérations est égal ou supérieur à cent (100) unités fiscales (UIT) et inférieur à quatre cents (400) Unités Fiscales (UIT).

  • Master Report Affidavit : Les contribuables qui font partie d’un groupe dont les revenus cumulés dépassent 20 000 UIT, doivent déposer chaque année le Master Report Affidavit, qui contient la structure organisationnelle, la description de l’entreprise ou des entreprises et les politiques de prix de transfert concernant les actifs incorporels et le financement du groupe, ainsi que sa situation financière et fiscale.

Les contribuables dont les revenus cumulés ont dépassé 20.000 UIT et qui ont effectué des opérations dans le champ d’application des règles de prix de transfert, dont le montant des opérations est égal ou supérieur à quatre cents (400) UIT, sont des sujets obligés.

  • Affidavit informatif pays par pays : Les contribuables qui font partie d’un groupe multinational doivent déposer chaque année le rapport informatif pays par pays, qui contiendra des informations relatives à la répartition globale des revenus, des impôts payés et des activités commerciales de chacune des entités appartenant au groupe multinational qui exercent leur activité dans un pays ou un territoire donné.

Lorsque les revenus perçus au cours de l’exercice fiscal précédant celui auquel correspond la déclaration, selon les états financiers consolidés que la société mère du groupe multinational doit établir, sont supérieurs ou égaux à deux milliards sept cent millions et 00/100 soles (S/ 2.700.000.000,00), sont tenus : la société mère du groupe multinational domiciliée dans le pays ; ou le contribuable domicilié qui a été désigné comme société mère représentative ; ou les accords qui permettent à l’Administration fiscale d’obtenir ladite déclaration pays par pays auprès d’autres administrations ne sont pas en place.

S’il n’y a pas d’étude de prix de transfert au Pérou, dans le cas où les prix convenus par le contribuable ne sont pas évalués selon le principe de pleine compétence, l’administration fiscale a le pouvoir d’ajuster la valeur convenue par les parties lorsqu’elle détermine dans le pays un impôt inférieur à celui qui correspondrait par application des règles de prix de transfert.

D’autre part, conformément à l’article 177, chiffre 27 de la LIR, le fait de ne pas présenter ou de ne pas exposer la documentation et les informations visées dans la loi sur l’impôt sur le revenu ou, le cas échéant, sa traduction en espagnol, qui, entre autres, étaye les déclarations sous serment informatives Rapport local, Rapport principal et/ou Rapport pays par pays, une amende de 0,6 % du revenu net (pas moins de 10 % de l’UIT ni plus de 25 UIT) sera appliquée.

Note : 1 UIT équivaut à 4 300 soles en 2020.

Études sur les prix de transfert au Brésil

Les entreprises doivent réaliser une Étude de Prix de Transfert au Brésil lorsqu’elles effectuent des transactions avec des partenaires économiques domiciliés à l’étranger et avec lesquels elles ont une relation d’affaires et/ou une dépendance économique.

La loi couvrant les prix de transfert au Brésil est la loi 9.430/96 (articles 18 à 24). Dans ce qui est le plus pertinent sur le sujet, il est important de souligner que le cœur de la législation consiste à imposer, par le biais des méthodologies fournies, que les opérations effectuées entre les entreprises brésiliennes et les entreprises considérées comme “liées” à celles-ci respectent des prix et des conditions compatibles avec ceux adoptés dans les négociations entre des tiers non liés sur le marché international.

En règle générale, la législation considère comme “société liée” résidant à l’étranger toute société qui a une relation d’affaires avec la société brésilienne, soit directement (en tant qu’associé, société mère, etc.), soit indirectement (en tant que directeur, gestion commune, etc.). Les entreprises qui dépendent économiquement de l’entreprise brésilienne sont également considérées comme liées.

Outre les deux faits décrits ci-dessus (relation d’affaires ou dépendance économique), la législation prévoit également le respect des règles de contrôle dans le cas de relations d’affaires avec des sociétés basées dans des pays qui n’imposent pas les revenus ou les taxent de manière favorable, c’est-à-dire une imposition inférieure au taux de 20 % (paradis fiscaux).

La législation détermine les méthodes de contrôle, selon lesquelles l’adoption des règles de prix de transfert doit se faire en tenant compte de tous les produits et/ou services exportés au cours de l’année. Actuellement, la législation brésilienne (utilisant les préceptes discutés et adoptés par l’OCDE) choisit trois méthodologies qui peuvent être adoptées :

  • CAP – Méthodologie basée sur l’apposition d’une marge de rentabilité fixe (15%) sur le coût de production du pays. Comme elle ne dépend pas d’informations de tiers, elle est la plus adoptée par les entreprises exportatrices.
  • PVEX – Méthodologie de comparaison directe entre le prix effectivement facturé et le prix adopté dans les transactions avec des entreprises non liées. La base de comparaison dépend des transactions effectuées par le contribuable brésilien avec des clients non liés, ou par l’entreprise liée à l’étranger avec d’autres fournisseurs non liés, voire des tiers non liés.
  • PVA/PVV – Méthodologie qui adopte comme base de comparaison les prix de vente sur les marchés internationaux (au détail ou en gros, selon la condition).

Sur la base de ce système, le contribuable brésilien doit réaliser une enquête détaillant les pratiques commerciales adoptées dans le pays du client/acheteur, afin d’obtenir des données sur les conditions et les prix commerciaux, afin de les comparer avec le montant facturé à l’exportation.

Les Études sur les Prix de Transfert analyseront toutes les possibilités et recommanderont l’une des méthodologies, en indiquant la nécessité éventuelle de corriger les déclarations fiscales.

Les études de prix de transfert réalisées dans une société de conseil par nos experts en fiscalité internationale serviront de base juridique à l’entreprise pour démontrer la conformité correcte avec la législation sur les prix de transfert et pourront également servir de défense pour toute contestation éventuelle.

Études sur les prix de transfert en Espagne

La réalisation de l’étude de prix de transfert ou du Master File en Espagne est requise pour les sociétés qui ont effectué des transactions avec des parties liées pour plus de 250 000 euros évalués au prix du marché au cours de la période fiscale avec la même personne ou entité liée.

Études sur les prix de transfert au Chili

Il existe deux obligations différentes, l’attestation annuelle de prix de transfert et l’obligation de réaliser l’étude de prix de transfert :

  • Affidavit annuel sur les prix de transfert (DJ 1907) : Cette déclaration sous serment doit être déposée jusqu’au 30 juin de chaque année. Si nécessaire, une prolongation jusqu’à 3 mois peut être demandée au service des impôts chilien (SII). Cette déclaration sous serment doit être déposée par les contribuables suivants pour les transactions indiquées :
  • Les contribuables qui, au 31 décembre de l’année déclarée, appartiennent aux segments des moyennes ou grandes entreprises et qui, au cours de cette année, ont réalisé des opérations avec des parties liées qui ne sont pas domiciliées ou résidentes au Chili, conformément aux règles établies à l’article 41 E de la loi de l’impôt sur le revenu.
  • Les contribuables qui, n’étant pas inclus dans les segments indiqués à la lettre a) ci-dessus, ont effectué, au cours de la période à déclarer, des transactions avec des parties liées sans domicile ni résidence au Chili pour des montants supérieurs à 500 000 000 $ (cinq cents millions de pesos chiliens), ou son équivalent selon le taux de change entre la monnaie nationale et la monnaie étrangère dans laquelle ces transactions ont été effectuées, en vigueur au 31 décembre de l’année déclarée, selon la publication faite par la Banque centrale du Chili.
  • Les contribuables non classés dans les segments ci-dessus, qui ont des transactions avec des personnes domiciliées ou résidant dans un territoire ou une juridiction bénéficiant d’un régime fiscal préférentiel visé à l’article 41 H, de la loi relative à l’impôt sur le revenu (voir ci-joint).
  • Étude sur les prix de transfert : Comme établi par le SII dans les instructions publiées, le seuil pour déterminer si une étude de prix de transfert est nécessaire ou non est de 200 000 000 CLP. Par conséquent, pour toutes les transactions entre parties liées, une étude de prix de transfert ne sera requise que si la valeur de la transaction est égale ou supérieure à 200 000 000 CLP.

Pourquoi UR Global pour vos études sur les prix de transfert en Espagne, au Mexique, en Colombie, au Pérou, au Portugal, au Brésil et au Chili?

Car en engageant nos experts en fiscalité internationale pour développer le conseil aux entreprises d’UR Global pour la réalisation d’une étude sur les prix de transfert, l’entreprise comptera sur plusieurs facteurs importants.

La connaissance

Les connaissances acquises grâce à la gestion de plus de 400 filiales de petites et moyennes entreprises en Espagne, au Mexique, au Chili, au Pérou, en Colombie, au Brésil et au Portugal et la réalisation de près de 200 études de prix de transfert par an.

Cette connaissance de la fiscalité internationale nous permet d’offrir à nos clients la sécurité et la tranquillité d’esprit que leurs opérations et leurs flux sont conformes aux réglementations locales.

Responsabilité

Dans une situation où les autorités fiscales locales et internationales examinent ces transactions plus en détail, dans le but d’éviter les abus, il est important de disposer d’un cabinet comme UR Global, spécialiste de la fiscalité internationale, qui est responsable de la réalisation des études de prix de transfert ainsi que de leur présentation et de leur défense devant les autorités fiscales en cas de besoin.

Suivi

Nous gérerons depuis l’Espagne, avec notre équipe d’experts en fiscalité internationale, la réalisation des études de prix de transfert auxquelles l’entreprise dans son ensemble est tenue, qui dépendra de l’activité qu’elle exerce dans chacune de ses filiales. Par conséquent, nous examinerons l’activité de chacun d’entre eux afin de déterminer s’ils sont obligés de le faire ou non, en leur fournissant nos conseils et en réalisant les études sur les prix de transfert dans chaque pays.

Comment se déroule la réalisation d'une étude sur les prix de transfert?

Après analyse des informations reçues du client, nos services de gestion d’entreprise concernant les études de prix de transfert se terminent par la remise d’un document, signé par un auditeur, où sont compilés tous les mouvements entre parties liées. 

Les études de prix de transfert de chaque pays, devront être soumises aux autorités ou conservées, selon la réglementation de chaque pays.

Foire aux questions

L’obligation de réaliser une étude sur les prix de transfert dépendra des autorités locales du pays.

La durée d’une étude sur les prix de transfert est d’environ 20 jours ouvrables à compter du moment où nous recevons les informations requises.

D’après notre expérience, l’administration fiscale vous accorde un délai trop court pour effectuer et déposer l’étude sur les prix de transfert dans les délais. Dans un tel cas, la société est passible d’une amende pour ne pas l’avoir déposée.

Notre recommandation est de toujours faire faire l’EPT en cas de contrôle par l’autorité fiscale.

Le prix de transfert est un instrument créé pour lutter contre la fraude et l’évasion qui permet de rendre plus transparent l’achat ou le transfert de biens et de services entre des entreprises économiquement liées.

Les études de prix de transfert sont réalisées par des professionnels du domaine qui comparent les transactions en utilisant différentes méthodes autorisées par le LISR, afin de déterminer si les transactions sont convenues à une juste valeur.

Cela peut aussi vous intéresser

Gestion de filiale

Chez UR Global, nous gérons globalement des filiales en Amérique latine (Mexique, Brésil, Pérou, Chili, Colombie), au Portugal et en Espagne.

Lire plus

Due Diligences

Nous sommes experts en conseil aux entreprises, nous avons une vaste expérience dans le secteur et nous résolvons vos problèmes efficacement.

Lire plus

Externalisation du personnel

Nous offrons le service d’externalisation de personnel ou de sous-traitance de personnel au Mexique, au Chili, en Colombie et au Pérou.

Lire plus

Contact

Pour toute information vous pouvez nous contacter via le formulaire suivant: